Navigate / search

L’université, trois ans après

Il y a quelques mois nous sommes repassés devant cette université que nous avions visitée pour la première fois en 2011. Comme à notre habitude, nous avons pris le temps de retourner voir ce qu’elle devenait.

Une fois dans la cour principale, nous remarquons rapidement que certains bâtiments qui étaient bien fermés, sont maintenant ouverts. Preuve que le pillage a continué. Cela nous permet tout de même de compléter notre visite et de passer dans des bâtiments que nous n’avions pu faire en 2011. Une fois ces parties visitées, c’est munis de nos vieilles photos que nous retournons dans les pièces que nous avions aimées. Rapidement nous constatons que les dégradations se sont amplifiées. Logique pensons nous, depuis trois ans le site a vu passer tous les visiteurs qui ont pour habitude de casser, taguer ou voler. Nous nous attardons quelques instants dans une salle de chimie. A cette place précise où nous avions photographié une série de tubes et de vases aujourd’hui explosés au sol. Cela nous fera une photo de plus pour notre album "La fin de l’histoire".

Au moment de repartir, nous tombons nez à nez (ou nez à truffe) avec un chien. Petit moment d’hésitation... il n’a pas l’air méchant même s’il aboie fort. Quelques secondes plus tard son maitre apparait dans l’encadrement de la porte. Il s’agit d’un sans domicile qui squatte un des bâtiments. Il n’est pas le seul, ils sont semble-t-il une bonne dizaine.

Ce lieu fait parler de lui en ce moment dans la presse. Il semble que le vieux projet de réhabilitation qui le concernait soit remis au goût du jour. Il semble aussi que le propriétaire actuel du site soit agacé par le nombre de visiteurs, surtout les photographes. Il met en avant l’aspect dangereux du site. Nous avons donc du mal à comprendre qu’il ne soit pas gardé, ou au moins mieux sécurisé. Lors de nos deux visites l’accès a été des plus faciles, et nous n’avons croisé aucun gardien pendant plusieurs heures de présence...
L’affaire est donc à suivre, mais il y a fort à parier que cette université fera encore le bonheur des explorateurs pendant un bon moment.

Revivez notre visite initiale réalisée durant notre Belgian Spring Camp 2011 : L’université.
Actualité : La nouvelle vie du Val Benoit.

Retrouvez l'intégralité des photos dans la galerie

6 commentaires

Tony

(Photo 34) C’est une honte ! Ils n’ ont même pas laisser le tag "Urbex.Me" sur le tableau ! Les bonnes manières se perdent...

Rousseau

Merci pour votre travail. j’adore ce que vous faites !
Je pratique un peu dans mon modeste coin de campagne, alors je voulais vous donner un ou deux petits tuyaux
comment fait on pour vous contacter directement ? (puisqu’on ne divulgue pas les infos au grand public ?)

Seth

Bonjour Rousseau, pour nous contacter c’est assez simple, contact@urbex.me

A bientot

Stany

Merci pour vos articles. Mail envoyé à l’instant pour vous faire part d’un lieu ;)

Olivier Beart

Bonjour,
Je représente le propriétaire du Val Benoit, la SPI, Agence de développement économique de Liège. Je prends connaissance de votre article à l’instant. Vous avez raison, les dégradations ont continué ; dans certains bâtiments plus que d’autres. Aujourd’hui, le projet de reconversion (qui, au passage, n’est pas si vieux que cela) va débuter.

Dès ce mois d’août, les ouvriers, camions et grues seront sur place. Que tout le monde se rassure : il n’est absolument pas question de tout démolir ! Il est question de rénover en profondeur les bâtiments et de leur permettre d’accueillir de nouvelles fonctions : activités économiques, logements,... Le projet est à découvrir sur le site www.valbenoit.be

Pour ceux qui seraient tentés par une "dernière visite", qu’ils sachent que la sécurité a été profondément renforcée depuis le mois de janvier (http://www.valbenoit.be/fr/details/le-val-benoit-securise). L’ensemble des clôtures a été rehaussé, les trous bouchés et tous les bâtiments refermés après que leurs derniers "occupants" les aient quittés. Une nouvelle société de sécurité est également sur place et la Police effectue désormais également des contrôles plus fréquents. Sans tolérance particulière pour les photographes par rapport aux autres personnes qui s’introduisent par effraction sur le site. Car permettez-moi quand même de vous rappeler que les visites "urbex" (ou autres) au Val Benoit sont une violation de propriété privée.

Même si les "vrais" pratiquants de l’urbex sont en général plutôt respectueux (mais il y a des exceptions, hélas), leur présence ne pose pas moins de nombreux problèmes : entretien (voire création) de "voies" pour pénétrer sur le site, que des casseurs/voleurs peuvent aussi emprunter, publication des photos qui fait de la publicité pour le site et dont se servent aussi certains casseurs/voleurs, risque encouru par les personnes en venant sur place sans réelle connaissance des lieux et de ses dangers, etc.

Et pour le côté histoire et patrimoine, rassurez-vous, de très nombreuses photos ont été prises par différents professionnels, de même que des visites virtuelles qui permettront de garder la trace de cette parenthèse dans l’histoire du site. Plusieurs ouvrages devraient d’ailleurs voir le jour prochainement.

Qu’on se le dise, le Val Benoit n’est plus une friche, mais un lieu en pleine reconversion. Il n’est pas à l’abandon, il a un propriétaire qui essaie de prendre soin de lui au mieux, en veillant notamment à préserver son intégrité. Donc, non, désolé, cette université fera plus le bonheur des explorateurs pendant un bon moment.

M&M’s

dommage pour l’urbex car c’était un bon spot mais c’est aussi une très bonne nouvelle pour les bâtiments qui vont retrouvés une nouvelle jeunesse, d’un côté n’est ce pas l’un des côtés de l’urbex de gardé un souvenir artistique (photo) d’un spot et de voir se qu’il en est par la suite pour le ou les bâtiments.

Laisser un commentaire

Utilisez Gravatar pour que votre avatar s'affiche automatiquement.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

name

email (not published)

website

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.