Navigate / search

Le Château du Maréchal

- T’es sûr que c’est là ?
- On dirait bien, c’est là que pointe le GPS en tout cas
- Comment ça peut être abandonné ? C’est incroyable
- Ouais, par contre vu les remparts ca va pas être une partie de plaisir pour entrer...

Il y a des matins comme ça, on sent pas les choses, on se dit "ca va être compliqué". Mais bon quand on part pour un trip urbex, il faut bien se l’avouer, on part aussi pour galérer un peu, un minimum quoi.
Ce matin on visite le Château du Maréchal, et pour une fois notre intuition ne sera pas la bonne.

Nous sommes garés sur le parking du Château, car oui il est tellement gros qu’il a un parking, et des remparts aussi, et puis un pont-levis ! Vu d’ici aucun moyen d’accès. Sur notre gauche il est attenant à l’église, et sur notre droite, aussi loin que se porte notre regard nous voyons le rempart. Nous entamons donc une marche matinale pour contourner cet infranchissable rempart dans les herbes hautes, le long d’une route déserte.
Il ne nous faudra que quelques minutes pour tomber, à notre plus grande stupéfaction, sur la fin du rempart. Nous accédons donc à la cour intérieure, les mains dans les poches.
Tous les explorateurs le savent, ce sont les premiers instants qui sont critiques, ceux qui nous exposent sur la voie publique à la vue de tous. Une fois protégés par l’enclos nous allons pouvoir prendre le temps de trouver l’accès vers l’intérieur.


Mais décidément, autant parfois le sort s’acharne à nous compliquer la vie, autant aujourd’hui le dieu de l’Urbex est avec nous. Nous n’avons pas fait dix mètres que nous voyons déjà une fenêtre grande ouverte, et une palette qui permet d’entrer, toujours les mains dans les poches.

Nous voilà donc dans un des salons et le spectacle est incroyable. Le Château est immense, il est vide mais plusieurs pièces valent vraiment le déplacement. Dans l’une d’elle trône une sculpture du Maréchal, nous nous attardons longuement sur les détails de cette œuvre. Au grenier nous trouvons les restes d’un dispositif de prise de vue, sans parvenir à l’identifier parfaitement, nous pensons à un agrandisseur photo.

Dans la plupart des pièces les plafonds à la Française sont en parfait état, est-ce l’état de conservation naturelle ou l’œuvre d’une restauration ? impossible à dire. Ce qui est certain c’est que si le château reste ouvert au quatre vents il ne tardera pas à subir le sort de tous les autres. C’est avec cette idée en tête, et en espérant nous tromper encore, que nous faisons le chemin inverse, non sans admirer une dernière fois le Maréchal, pour longer les remparts vers d’autres aventures...

Retrouvez l'intégralité des photos dans la galerie

0 commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Utilisez Gravatar pour que votre avatar s'affiche automatiquement.

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

name

email (not published)

website

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.